CROISIÈRE SUR LE NIL – 2003

CROISIÈRE SUR LE NIL – 2003

CROISIÈRE SUR LE NILUn de nos plus beaux voyages, un patrimoine exceptionnel malheureusement pas mis en valeur comme il se devrait.

La vie a bord du bateau de croisière qui naviguait souvent de nuit pour permettre les visites tôt le matin.
CROISIÈRE SUR LE NIL

CROISIÈRE SUR LE NIL CROISIÈRE SUR LE NIL CROISIÈRE SUR LE NIL CROISIÈRE SUR LE NIL CROISIÈRE SUR LE NIL CROISIÈRE SUR LE NIL

Les temples de LOUXOR & KARNAK

Le site de Louxor, avec plus de quatre millions de visiteurs par an, est l’un des endroits les plus touristiques de l’Égypte et constitue la partie sud de l’ancienne Thèbes. Son temple, relié à celui de Karnak par un dromos, longue allée bordée de sphinx, fut érigé au XIVe siècle av. J.-C. sous le règne d’Amenhotep III. Il fut modifié par la suite par Ramsès II, qui y ajouta notamment six statues monumentales et deux obélisques, dont l’un, offert à la France en 1831, orne depuis la place de la Concorde à Paris.

Le complexe de Karnak, reconstruit et développé pendant plus de 2 000 ans par les pharaons successifs, de Sésostris Ier au Moyen Empire à l’époque ptolémaïque, s’étend sur plus de deux km², et est composé de trois enceintes. Il est le plus grand complexe religieux de toute l’Antiquité.
Temple le plus important de la XVIIIe dynastie, il était consacré à la triade thébaine avec à sa tête le dieu Amon-Rê. Le complexe était relié au temple de Louxor par une allée de sphinx de près de trois kilomètres de long.


Temple de Kôm Ombo.

Il date de la période ptolémaïque avec des ajouts fait sous le règne des empereurs romains. Ce temple double est dédié à deux divinités : le dieu-faucon Haroëris (Horus l’ancien) et le dieu crocodile Sobek.
À l’avant se trouve une chapelle dédiée à Hathor, où sont entreposées les momies des crocodiles provenant de la sépulture voisine.
Une scène gravée sur le mur d’enceinte est rare : c’est une liste d’instruments de chirurgie.


Écluse d’ESNA

Deux ponts font office de barrage à Esna : l’un construit par l’Angleterre en 1906 et l’« Electricity Bridge » construit par l’Italie au début des années 1990. Beaucoup de ferries naviguent sur le Nil à cet endroit, et on peut croiser des touristes qui empruntent le fleuve pour aller de Louxor à Assouan, et qui passent devant Esna au cours de leur 155 km de voyage. Le trafic fluvial est très ralenti, étant donné que les différents bateaux doivent se disputer, et négocier, le passage des quelques mètres de largeur de l’écluse.


Le temple d’Edfou

En -237, au milieu de la petite ville, Ptolémée III Évergète Ier fait construire le temple d’Horus, édifice colossal dédié à la triade Horus, Hathor et Harsomtous, qui sera achevée en -57. Il est aujourd’hui encore presque intact, c’est un des monuments les mieux conservés de toute l’Antiquité. Il est considéré comme le temple égyptien classique, avec une cour à ciel ouvert entourée de portique.


Le Barrage d’ASSOUAN

Le haut barrage d’Assouan, aussi appelé barrage d’Assouan est un barrage hydroélectrique construit entre 1960 et 1970, à sept kilomètres en amont de l’ancien barrage d’Assouan, et environ dix kilomètres de la ville d’Assouan, sur le Nil en Haute-Égypte. Il est décrit comme un des plus importants du monde. Sa capacité de retenue est 169 milliards de mètres cubes d’eau.


PHILAE

Philæ, est une île d’Égypte submergée dans les années 1970 par la hausse du niveau du lac de retenue de l’ancien barrage d’Assouan à la suite de la construction du haut barrage. Les temples et monuments édifiés sur l’île aux époques pharaoniques et gréco-romaines ont été déplacés sur l’île voisine d’Aguilkia, aussi appelée Philæ par commodité, notamment auprès des touristes.


La VALLÉE DES ROIS

La vallée des Rois est connue pour abriter les hypogées de nombreux pharaons du Nouvel Empire, mais elle abrite également les tombeaux de certaines épouses et enfants de pharaons, ainsi que celles de nobles dont les pharaons ont voulu récompenser la valeur. C’est à partir de la période du règne de Ramsès Ier que la vallée des Reines est usitée, même si quelques épouses seront encore inhumées avec leurs maris par la suite.
La plus ancienne tombe connue sur le site est celle de Thoutmôsis Ier et, à partir de Thoutmôsis III, à l’exception d’Akhenaton, tous les pharaons des XVIIIe, XIXe et XXe dynasties y seront inhumés (approximativement de -1539 à -1075). La dernière tombe connue d’un pharaon est celle de Ramsès XI (tombe KV4).
Quant à la dernière tombe découverte, c’est la KV64, la tombe d’une chanteuse d’Amon du temple de Karnak ayant vécu durant la XXIIe dynastie.


Diverses vues

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.