AUMONT-AUBRAC > MONTGROS étape 5

Nous passons près de l’église Saint-Etienne d’Aumont-Aubrac, restaurée en 1994

Pour rejoindre le GR 65en direction de la Chaze de Peyre

Les chemins de Compostelle de Aumont-Aubrac à Montgros

Nous empruntons  un large chemin caillouteux, facile à marcher et bordé de fleurs …

Sur le chemin nous avons discuté avec une riveraine qui nous a dépanné d’une bouteille d’eau à bulle car pas de petits commerces en vue avant Lasbros

Après une heure de marche, nous entrons dans le village de La Chaze-de-Peyre où nous découvrons l’église

La Chaze de Peyre

Les pélérins et promeneurs sont avertis !!

Avertissement !!

À la sortie du village, l’itinéraire suit une petite route goudronnée jusqu’à la chapelle dite « de Bastide ». Deux inscriptions gothiques, sur des pierres enchâssées, racontent son histoire : « L’an 1522, le sieur Pierre Bastide, ancien cellérier (chargé du cellier) du chapitre et bénéficier (pourvu d’un bénéfice) de l’église de Mende, fait faire cette croix et ce toit. » Ainsi tout commence en ce lieu, au XVIe siècle, par une simple croix protégée par un auvent. La croix fut remplacée par une petite chapelle carrée puis, par l’édifice actuel dédié à la Sainte-Croix. C’est en 1968 que le curé de La Chaze-de-Peyre, après une importante restauration, fit mettre la chapelle sous le vocable de Notre-Dame de la Salette.

Après le village de Lasbros,

Lasbros

direction GR65 Les quatres chemins

Les chemins de Compostelle de Aumont-Aubrac à Montgros

À partir d’ici, c’est vraiment l’Aubrac qui commence ! Ce plateau, limité au nord par la vallée de la Truyère et au sud par la vallée du Lot, se caractérise par sa faible superficie (40 km sur 20 km environ). L’Aubrac s’étale sur trois départements : le Cantal, l’Aveyron et la Lozère. D’une altitude moyenne de 1000 à 1400 m, l’Aubrac culmine à 1469 mètres au signal de Mailhebiau (Lozère).

L’Aubrac tire son nom de « Alto Braco » qui veut dire lieu élevé. Jusqu’aux alentours de l’an 1000, la région était couverte de forêts de hêtres et de sapins. Ces bois abritaient des brigands qui y trouvaient la tranquillité et de quoi se cacher. Ceux-ci détroussaient les pèlerins qui venaient du Puy-en-Velay et utilisaient l’ancienne voie romaine (Via Agrippa) menant de Lyon à Bordeaux et Toulouse pour se rendre au sanctuaire de Saint-Jacques-de-Compostelle. Les difficultés liées au climat et à l’insécurité de la traversée du plateau conduisirent un dénommé Adalard, comte d’origine flamande, à fonder, au voisinage du point le plus élevé, une abbaye pour protéger les pèlerins. Cette abbaye fut construite par des moines en 1120. On l’appela : abbaye d’Aubrac.

Les moines pendirent les brigands et défrichèrent au fur et à mesure autour de leur abbaye. Ces espaces déboisés étaient trop en altitude pour cultiver de façon rentable des céréales. Par contre, l’herbe poussait bien et était très riche. C’est ainsi que l’élevage a commencé et qu’est née la race Aubrac : une race rustique, très résistante. Ici, le climat est typiquement montagnard avec des hivers longs et rudes où la neige envahit le plateau balayé par la tourmente. Mais dès le printemps, la végétation renaît riche d’une flore exceptionnelle, abritant plus de 1000 espèces de plantes dont certaines sont très rares.

Traverser l’Aubrac en juin est un privilège , les prairies sont jonchées de fleurs, que de couleurs ….

Nous marchons sur un petit sentier entre deux clôtures, nous ne trainons pas en passant près d’un taureau pas très convivial !

Jusqu’à la Ferme des Gentianes à Finieyrols, nous marchons sur un chemin, bordé de petits murs de pierres, au milieu des prairies, les vaches  » non agressives » nous regardant passer …

L’Aubrac

L’Aubrac

A la Ferme des Gentianes nous reprenons des forces ! Pas très recommandé le 1/4 de rosé l’alcool ne donne pas de forces !

La ferme des Gentianes

Louis Dalle. Né en avril 1922 à Finieyrols, est interné au camp de Buchenwald pendant dix mois. En 1947, après avoir été ordonné prêtre, il part pour le Pérou en tant que missionnaire. Il est intronisé évêque d’Ayaviri, en décembre 1971 ; poste qu’il occupe jusqu’à sa mort en mai 1982.

Arrivés aux dernières maisons de Finieyrols, nous prenons un chemin, à travers champs, qui conduit vers un petit dôme à 1273 mètres d’altitude puis, nous empruntons la Grande Draille pour descendre jusqu’à une route asphaltée. La draille est un mot employé en Languedoc pour désigner un chemin de transhumance.

 

Les chemins de Compostelle de Aumont-Aubrac à Montgros

Nous longeons la rivière Le Bès ; celle-ci prend sa source sur le plateau de l’Aubrac et rejoint la Truyère dans le lac de retenue du barrage de Grandval. Avec ses 67 km, c’est la rivière la plus importante de l’Aubrac. C’est sur la D900 que nous franchissons Le Bès sur un pont dit « romain » alors qu’il date de 1722 ! Il est ainsi nommé parce qu’il est situé sur l’ancienne voie romaine : la Via Agrippa.

Un petit vent frais et quelques gouttes nous ont ont fait sortir la cape !

Nous arrivons a Montgros et passeront la nuit à La Maison de Rosalie

Trace GPS de Aumont-Aubrac à Montgros

Étape de 24,45 km
Dénivelé positif 350 m
Dénivelé négatif 230m
Altitude maxi 1260 m

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.