ALSACE – Octobre 2021

ALSACE – Octobre 2021

Séjour d’une semaine en Alsace avec départ de Toulouse en avion ( ce  n’est pas ma « tasse de thé » !) et hébergement en hôtel à Munster

Mais 1h d’avion est préférable à 10h de bus !!

Atterrissage à Strasbourg puis transport à Munster pour hébergement au Grand Hôtel.

Ancienne bâtisse en partie rénovée, pas très moderne mais relativement confortable, seule l’isolation phonique, comme tous anciens bâtiments,  est perfectible.

Grand hôtel de Munster
Grand hôtel de Munster

Quelques vues de la salle de restaurant

Munster

Munster (environ 5000 habitants) est située au cœur de l’Alsace et de l’une des plus grandes et belles vallées du versant alsacien des Hautes-Vosges.
L’environnement naturel, le patrimoine historique de la ville et son nom associé au célèbre fromage sont des atouts de taille générateurs de nombreuses fréquentations touristiques.
La vallée de Munster – ou « Val Saint Grégoire » – est composée de seize communes dont Munster est le chef lieu de canton.
Ses paysages, qui lient tradition et modernité, proposent aux visiteurs un panel de couleurs variant au rythme des saisons.
La situation géographique de la vallée, à l’orée des montagnes et proche de la plaine d’Alsace, permet une multitude d’activités estivales et hivernales.
Munster dispose d’une capacité d’accueil de près de 2600 lits en hôtels et résidences de tourisme, gîtes et meublés, village de vacances et camping…

Munster
Munster

Neptune
Une statue de Neptune, le dieu de la mer, se trouve installée au bord de l’étang du parc de la Fecht.
Œuvre du sculpteur Landolin Ohmacht, elle provient également de l’ancienne propriété Schulmeister à Strasbourg.

Neptune
Neptune

Griffons et Sphinx
Situés dans le parc Schweitzer, deux griffons et deux sphinx en grès rose se font face à quelques cent mètres. Ces sculptures proviennent de l’ancienne propriété strasbourgeoise de Charles Schulmeister (1770-1853), fidèle espion de Napoléon I et sont dus au talent du sculpteur Landolin Ohmacht (1760-1834).
Après la chute de l’Empire en 1815, Frédéric Hartmann-Metzger, fils aîné d’André Hartmann, a acheté les griffons et sphinx et les a fait mettre à leur emplacement actuel.

Sphinx
Sphinx

Les parcs Albert Schweitzer & de la Fecht

Jusqu’en 1926, les actuels parcs de la Fecht et parc Albert Schweitzer ne formaient qu’un seul ensemble, appartenant à la famille Hartmann. Dénommé « Herrengarten », ce jardin anglais s’étendait jusqu’à la sortie Est (actuel camping) de Munster, il était le lieu de villégiature et de repos des Hartmann.
Arbres remarquables, trésors naturels de la Ville de Munster
Parmi les arbres remarquables aux essences prestigieuses plantés par les Hartmann, nous pouvons citer un hêtre pleureur « cultivar » exceptionnellement imposant et l’un des plus gros connus dans le Haut-Rhin, un très beau platane de 35 mètres de haut et de 5 mètres de circonférence et un magnifique séquoia.

Découverte de la fabrication du célèbre Munster fermier AOC  à Hohrod dans l’une des plus belles fermes de la Vallée de Munster

Ferme à HOHROD
Ferme à HOHROD

Prenez le temps de vous arrêter dans cette exploitation traditionnelle, située à moins de 3 km du centre de Munster pour déguster nos produits laitiers et assister à la fabrication du fromage. (Munster fermier AOC, Barikass ou Bargkass et Tomette)

Ce sont les fermiers eux-mêmes qui seront heureux de vous faire découvrir, lors de votre visite, la fabrication artisanale de l’authentique Munster fermier et du Barikass dans un cadre chaleureux.

L’activité de cette ferme est entièrement tournée vers la production de fromages fermiers à partir exclusivement du lait produit par les vaches laitières de l’exploitation.
Selon la tradition de la vallée, en été, le troupeau monte à l’estive sur les sommets vosgiens à plus de 1000 mètres d’altitude.
La transhumance se fait encore entièrement à pied.
La Ferme du Versant du Soleil se trouve dans le pittoresque petit village de Hohrod à 500 mètres d’altitude, dans la vallée de Munster, dans le Parc Naturel Régional des Ballons des Vosges.
Elle se situe dans un cadre magnifique, d’où l’on peut découvrir les sommets du Massif des Vosges.

Atelier Bretzel

Willy Fritsch fait le bonheur des Munstériens comme des touristes qui prennent d’assaut sa terrasse quand le soleil brille. Ce pâtissier émérite est le créateur de douceurs inédites, notamment les surprenants macarons au… munster et le sorbet Siaskass (fromage frais alsacien) !
Willy Fritsch propose aussi des brioches au Streusel, des tartelettes et autres délicieux gâteaux. Au fil des saisons et des fêtes, il y a encore les bredalas, les bûches de Noël, les galettes des rois ou les beignets de Carnaval. Cette pâtisserie est une vraie aubaine pour les gourmands !


Luttenbach-près-Munster

Constitué à l’origine comme la plupart des villages de la vallée de plusieurs petits hameaux, le paisible village de Luttenbach est mentionné dès 1120. Luttenbach est fondé par l’abbaye bénédictine de Munster qui y possède vraisemblablement une ferme au lieu-dit Fronzell. Le nom de Luttenbach provient sans doute du radical « lüt » (bruyant), le ruisseau bruyant, à moins que ce soit le petit ruisseau (lützel Bach). Il fait partie de la communauté de la Ville et du Val de Munster jusqu’à la Révolution Française.
En 1738, une papeterie créée par Jean-Frédéric Schoepflin, frère de l’historien Jean-Daniel Schoepflin, reçoit en octobre 1753 la visite de Voltaire qui y séjourne deux semaines. En 1894, l’usine de papeterie est transformée en usine textile par Jean Kiener. Gustave Rothan (1822-1890), ambassadeur, ministre plénipotentiaire sous Napoléon III, fait l’acquisition du domaine mais il en est expulsé après 1871 par les autorités allemandes.
Sa fille, Marie, épouse en 1895, à Paris, Pierre de Freddy, baron de Coubertin, fondateur des Jeux olympiques de l’ère moderne. Celui-ci héritant de la propriété y passe ses vacances de 1896 à 1914. Détruite lors de la Première Guerre mondiale, elle fut vendue aux établissements Immer-Klein qui y firent fonctionner une usine textile jusque vers 1960. Elle abrite de nos jours le vaste et agréable camping des « Amis de la Nature ».

Luttenbach-près-Munster
Luttenbach-près-Munster
Luttenbach-près-Munster
Luttenbach-près-Munster


Turckheim

Une ligne SNCF passe tout prêt de l’hôtel direction >  Colmar via Turckheim , a préciser que les horaires sont scrupuleusement respectés.

SNCF -Turckheim

Turckheim est située dans la vallée de la Fecht, en aval de Munster, et non loin de la ville de Colmar, chef-lieu du Haut-Rhin. Le village fait partie administrativement du canton de Wintzenheim et de l’arrondissement de Colmar-Ribeauvillé.

La commune est située sur la route des vins d’Alsace. Elle est également l’une des quinze étapes de la Route verte.

Les fortifications de la vieille ville de Turckheim ont été construites sous une forme triangulaire. Les remparts sont percés de trois portes qui permettaient l’entrée dans la ville par des ponts-levis qui enjambaient le fossé dont il reste quelques vestiges. La porte de France est l’entrée principale de la ville et est orientée plein sud. La porte du Brand à l’est tient son nom de la colline qui la surplombe et la porte de Munster est, elle, orientée vers l’ouest en direction de la vallée de Munster.

Turckheim
Turckheim

La Porte de France : cette tour-porte des années 1315 est la plus ancienne de la ville. C’est par cette porte que transitait le commerce. Cette porte mène à la place Turenne, place principale de la ville.

Turckheim
Turckheim – La Porte de France

2 cigognes dans le nid de la Porte de France

Cigognes
Cigognes

Corps de Garde : construit vers 1580, ce beau bâtiment en grès et enduit était à double usage : poêle (association) des corporations et entrepôt. La cloche était utilisée pour appeler les bourgeois au rassemblement. Le bâtiment abrite aujourd’hui l’office du tourisme. Devant, belle fontaine du XVIIIème surmontée d’une Vierge à l’Enfant.

Turckheim - Corps de Garde
Turckheim – Corps de Garde

Auberge aux Deux Clefs : cette magnifique auberge de 1620 en grès et colombage, était réservée aux hôtes de marque de la cité. Très bel oriel en bois sculpté.

Turckheim - Auberge aux Deux Clefs
Turckheim – Auberge aux Deux Clefs
Turckheim
Turckheim

Eglise Sainte Anne : de la précédente église ne subsiste que la tour (romane et gothique), intégrée au bâtiment actuel lors de sa reconstruction au XIXème siècle.

Turckheim - Eglise Sainte Anne
Turckheim – Eglise Sainte Anne

La Porte du Brand : au bout de la rue du Conseil, prenez à droite dans la rue des Vignerons jusqu’à la Porte du Brand, l’une des trois portes restantes de la ville. Cette porte donne accès au coteau du Brand et à ses vignes. Vous aurez ainsi une très belle vue sur la ville et ses remparts.

Porte du Brand
Porte du Brand

Sur le parcours, vous découvrirez de belles maisons à colombages et des porches avec des écussons représentant des métiers ou des animaux.

COMBATS DE LA POCHE DE COLMAR – 1944-1945

COMBATS DE LA POCHE DE COLMAR
COMBATS DE LA POCHE DE COLMAR

Strasbourg est libérée depuis le 23 novembre 1944. Les troupes qui ont atteint le Rhin en novembre 1944 souhaitent progresser en terre allemande.

Le Chef Suprême des Armées Alliées Dwight David Eisenhower s’y oppose. Il décide de nettoyer d’abord la Plaine d’Alsace de toute présence nazie et, surtout de progresser vers le Nord.

Trois erreurs ont favorisé la résistance des forces allemandes : la décision du Général Eisenhower de liquider rapidement cette contre-offensive nazie et de concentrer les forces alliées vers le Nord. Le Général de Lattre a surestimé l’état de ses troupes et les Généraux Eisenhower et Devers ont mésestimé la volonté de résistance allemande. Ceci associé aux retards des offensives, du fait du manque de carburant et aux conditions climatiques et météorologiques difficiles (pluie, neige, températures en dessous de 20 °C, brouillard), offrent le temps aux armées commandées par le Reichsführer Heinrich Himmler d’établir une contre-offensive au sud de Strasbourg, englobant Colmar et ses environs. Il s’entoure des éléments les plus dévoués au régime nazi prêts à respecter les instructions de Hitler qui a demandé à ses troupes de se battre jusqu’à la dernière cartouche.

Les armées nazies contraignent les populations de participer activement à des aménagements destinés à bloquer ou, tout au moins, ralentir la progression des chars alliés. Ils minent les champs, érigent des ouvrages défensifs. Les champs sont ravagés, les bombardements alliés pilonnent le secteur.

Les combats pour la Libération de la Poche de Colmar bénéficient :

– au Sud des renforts de la 1ère Armée dirigée par De Lattre de Tassigny arrivée avec le Débarquement de Provence en août-septembre 1944.

– au Nord, la 2e DB de Leclerc progresse rapidement sur Sélestat puis rencontre des sols détrempés qui ralentissent la progression des chars, contraints de traverser de nombreux cours d’eau. Elle libère Obernai. Les Américains engagés plus au Nord reçoivent l’ordre de s’engager dans les combats de la Poche de Colmar. Une course contre la montre s’engage pour prendre les ponts sur le Rhin avant qu’ils ne soient détruits.

Cinq divisions nazies font face aux 103e et 36e Infantry Divisions, à la 2e DB et à la 6e Division américaine chargée de réduire la « Poche » et faire la jonction avec les troupes de De Lattre, qui viennent de libérer Mulhouse et progressent. Le Général de Lattre prend le commandement de la Division.

Alors que Mulhouse est libérée le 20 et Strasbourg le 23 novembre 1944, Colmar est libérée le 2 février 1945.

Nous terminons notre visite de Turckeim par la rue des vignerons


La ville de Strasbourg

Strasbourg
Strasbourg

Strasbourg, capitale de l’Europe et de l’Alsace, possède un patrimoine historique et architectural qui en fait la ville la plus riche d’Alsace.
Son centre ville fait partie du patrimoine mondial de L’UNESCO.
De plus, les musées de la ville sont particulièrement riches et intéressants.
Strasbourg est bien évidemment incontournable non seulement pour ses monuments, mais aussi pour saisir les différents visages de l’Alsace et des Alsaciens.

Le barrage Vauban : accédez à la terrasse panoramique pour bénéficier d’une vue superbe sur la ville. Ce barrage de la fin du XVIIème siècle, est construit comme son nom l’indique sur les plans de Vauban, pour renforcer le système défensif de la ville. Les ouvertures du barrage pouvaient être hermétiquement fermées pour provoquer l’inondation de l’arrière pays et bloquer ainsi l’avancée de troupes ennemies. Par ailleurs, des herses pouvaient bloquer le passage de bateaux.

Le barrage Vauban
Le barrage Vauban

La Cathédrale : le symbole et le bijou architectural de la ville. Sa construction, à l’emplacement de la précédente, s’étale de la fin du XIIème jusqu’au XVIème siècle. Le bâtiment en grès rose, avec sa flèche culminant à 142 m, a été jusqu’au XIXème siècle le plus haut bâtiment religieux d’Europe. Le style du bâtiment est principalement gothique, bien que certains éléments restent d’inspiration romane.
La façade, immense, donne néanmoins une impression de finesse et d’élégance. En effet, les fines colonnes de la façade projetées en avant camouflent le mur massif de la façade et lui donnent ainsi une impression de légèreté.

La Cathédrale de Strasbourg
La Cathédrale de Strasbourg

Les trois portails, du début du XIVème siècle, sont richement ornés de sculptures.

Le portail Nord est décoré de statues représentant les vertus terrassant les vices, le tympan a pour sujet l’enfance du Christ et les voussures sont décorées d’anges et de personnages.
Le tympan du portail principal, entouré de statues de prophètes, a pour thème la passion du Christ. Des scènes de l’ancien et du nouveau testament sont représentées sur les voussures.

 

La Cathédrale de Strasbourg
La Cathédrale de Strasbourg

Le portail Sud présente le thème classique des Vierges Sages (elles tiennent une lampe et les tables de la loi ouvertes à côté du mari idéal) et des Vierges Folles (elles tiennent les lampes retournées, serrent fermées les tables de la loi et sont à côté du tentateur qui tient la pomme de la tentation et a dans son dos des reptiles). Le tympan, quant à lui, représente le Jugement Dernie

Deux autres portails sont sur les côtés de l’édifice au niveau des transepts. Du côté Nord, le portail Saint Laurent, gothique tardif, est orné d’une statue du martyr du Saint, mort sur un grill.

La Cathédrale de Strasbourg
La Cathédrale de Strasbourg

Du côté Sud, le portail le plus ancien, de conception romane est décoré de trois statues. Celle de gauche représente l’Eglise, droite, couronnée et qui tient la croix et le calice. Elle s’oppose à celle de droite qui représente la Synagogue, qui a les yeux bandés (elle refuse de voir la vraie foi), a sa lance brisée et laisse tomber les tables de la loi. Au centre, une statue représente le roi Salomon, surmontant deux petites statues rappelant son fameux jugement. Les deux tympans romans, représentent la dormition et le couronnement de la Vierge.

L’intérieur de la Cathédrale, est typiquement gothique et possède un décor riche et varié.

La Cathédrale de Strasbourg
La Cathédrale de Strasbourg

La nef s’élève sur trois étages et contient une riche collection de vitraux. Dans le collatéral Nord, ils représentent les différents Empereurs du Saint Empire (XIIIème), au Sud on peut admirer des scènes de la vie de la Vierge et du Christ (XIVème). La grande rosace est quant à elle purement ornementale.
Plusieurs éléments sont particulièrement remarquables, et deux d’entre eux sont situés dans le croisillon Sud. Le Pilier des Anges, construit vers 1230, est le pilier central de la salle et porte douze sculptures de toute beauté : la première rangée représente les quatre évangélistes, surmontés d’anges jouant de la trompe. Le groupe supérieur comprend le Christ, assis, entouré d’anges portant les instruments de la Passion.

Dans la même salle, la fameuse horloge astronomique du XVIème siècle, richement décorée. Des personnages animés se mettent en mouvement à différentes heures. Un ange sonne la cloche tandis que le second retourne un sablier et que différents personnages, représentant les âges de la vie (de l’enfant au vieillard) défilent devant la Mort. Au dernier étage ce sont les Apôtres qui passent devant le Christ. L’horloge indique bien plus que l’heure officielle puisqu’elle permet aussi de connaître l’heure solaire (retard de trente minutes), le jour (représenté par les Dieux de la mythologie, un Dieu par jour de la semaine), le mois, l’année, le signe du zodiaque, la phase lunaire et la position de plusieurs planètes. A 12h30 l’ensemble des automates se met en fonction mais l’entrée devient alors payante (prix raisonnable).

La Cathédrale de Strasbourg
La Cathédrale de Strasbourg

 

L’une des maisons les plus célèbres de Strasbourg, la maison Kammerzell, construite en 1571 par un fromager, dans ce style renaissance très particulier. Le rez-de-chaussée est en pierre et les étages supérieurs en bois sculpté avec des fenêtres en cul de bouteille. Les sculptures des poutres représentent des scènes sacrées et profanes. Sur le pignon on voit encore la poulie qui servait à faire monter les réserves au grenier.

la maison Kammerzell
la maison Kammerzell

La Petite France : il s’agit de l’un des plus jolis quartiers de Strasbourg. L’origine du nom vient du fait que ce quartier, propriété de l’Hôpital, était utilisé pour héberger les malades atteints du « mal français »… la syphilis. Aujourd’hui il est le plus visité de la ville. Du pont Saint Martin à la place Zix, plusieurs belles maisons à colombages, dont certaines avec un ponton donnant sur l’eau.

La Petite France : Strasbourg
La Petite France : Strasbourg

 

Eglise Saint Thomas : construite en grès rose entre le XIIIème et le XIVème siècle sur une précédente église romane, ce bel édifice gothique est considéré comme la Cathédrale des Protestants. La partie la plus ancienne est le massif occidental, très massif, encore proche du roman.


Gertwiller capitale du pain d’épices

Pains d’épices Lips
Pains d’épices Lips

L’entreprise Pains d’épices Lips regroupe le musée du pain d’épices et de l’art populaire alsacien, un atelier de fabrication artisanale de pain d’épice ainsi qu’un magasin de vente.

La maison du pain d’épices Lips est une petite structure familiale employant 10 personnes dont 5 de la famille, gérée par Michel Habsiger depuis 1977, cette maison séculaire a su préserver les traditions et méthodes de fabrication ancestrales liées à la fabrication du pain d’épice de Gertwiller afin de proposer des produits de qualité et de goût constants depuis plus de deux siècles.

Pains d’épices Lips
Pains d’épices Lips

C’est la création du Musée en 1996 qui nous permet de continuer dans cette démarche et d’offrir aux plus âgés de retrouver le goût du pain d’épices qu’ils ont connus dans leur jeunesse et aux jeunes de découvrir un produit sain et naturel.

Pains d’épices Lips
Pains d’épices Lips

Colmar

Située au centre de l’Alsace, entre les deux autres grands pôles industriels que sont Strasbourg et Mulhouse, Colmar est une étape incontournable. La ville, de taille moyenne, possède de très nombreux monuments et ses quartiers typiques sont particulièrement beaux et bien mis en valeur. Par ailleurs, Colmar possède plusieurs musées intéressants, dont le très célèbre musée des Unterlinden.

Colmar
Colmar

Promenade dans la ville de Colmar :
La vieille ville, très bien conservée, possède de nombreuses maisons à colombages ou de style Renaissance. Nous vous conseillons de démarrer à l’office du tourisme, rue des Unterlinden, à coté du musée du même nom :

> Le Musée des Unterlinden ( qui signifie « sous les tilleuls ») :

Ce musée est abrité dans un ancien couvent dominicain et son église. Il est le musée le plus visité de Province et abrite une collection archéologique (préhistoire et romaine), une riche collection de peintures de la fin du Moyen-Age et de la Renaissance, art contemporain et populaire.
La plus belle pièce du musée est le retable d’Issenheim, exposé dans l’église et très bien mis en valeur.

Le Musée des Unterlinden
Le Musée des Unterlinden

Rue des Têtes : plusieurs belles maisons dans la rue, mais celle des Têtes attire particulièrement l’attention.

Cette maison, très originale, doit son nom aux nombreuses têtes sculptées sur l’édifice. Elle a été bâtie en 1609, pour un riche marchand, dans un style renaissance tardif très particulier. Plus de 106 masques grimaçants recouvrent ainsi la façade.

Au sommet, sur le pignon, une statue de Bartholdi de 1902, colmarien d’origine.
Celle-ci représente un tonnelier, rappelant la fonction de la maison à cette époque, celle de bourse aux vins.
Admirez le magnifique oriel qui accueille la plupart des têtes. Le bâtiment abrite aujourd’hui un hôtel-restaurant.

Rue des Têtes
Rue des Têtes

La Cathédrale : bien que toujours appelée ainsi, elle n’a eu le statut de Cathédrale que durant la Révolution, il s’agit en fait d’une Collégiale, consacrée à Saint-Martin. Construite sous sa forme actuelle entre le XIIIème et le XIVème siècles, elle est de style gothique et construite en grès jaune de Rouffach.

La construction de la nef et du transept date de la seconde moitié du XIIIème siècle, celle du chœur et de la façade occidentale, de la seconde moitié du XIVème siècle. La tour, qui culmine à 71 mètres, est rebâtie en style renaissance suite à sa destruction par l’incendie de 1572.

La Cathédrale
La Cathédrale

Auguste Bartholdi
le père de la statue de la liberté

Auguste Bartholdi
Auguste Bartholdi

Frédéric Auguste Bartholdi, le plus célèbre artiste alsacien du XIXe siècle, naît à Colmar en 1834. Lorsque son père, conseiller à la préfecture, décède en 1836, sa mère décide de partir vivre à Paris. Elle conserve toutefois la demeure familiale de la rue des Marchands où elle revient avec ses deux fils lors des vacances scolaires.

A Paris, Bartholdi effectue ses études secondaires au lycée Louis Legrand et fréquente déjà les ateliers de plusieurs sculpteurs tels qu’Antoine Etex et Jean-François Soitoux. En 1854, il se lance dans les ébauches de son premier véritable monument, la statue du Général Rapp. Achevée en 1855, elle est présentée à l’exposition universelle de Paris, avant d’être installée à Colmar en 1856. Cette année-là, Bartholdi effectue également un voyage en Egypte, dont l’art monumental bouleverse son travail qu’il consacre alors aux célébrations historiques et patriotiques, à l’image des statues du général Arrighi à Corte (1868), de Vauban à Avallon (1873) et de Vercingétorix à Clermont-Ferrand (1870), ou plus tard, du Lion de Belfort (1880).

Lorsqu’éclate la guerre de 1870, Bartholdi sert d’abord dans la Garde nationale de Paris, avant de prendre part à la défense de Colmar. Après l’annexion de l’Alsace, il ne séjourne plus qu’épisodiquement dans sa ville natale. Continuant la création d’œuvres « nationales », à l’image des statues de Champollion au collège de France (1875), de Rouget de l’Isle à Lons-le-Saunier (1882), de Diderot à Langres (1884), de Gambetta à Ville d’Avray (1891), etc., Bartholdi connaît surtout une renommée internationale avec une œuvre majeure de l’art statuaire : la Liberté éclairant le Monde. Inspiré d’un projet abandonné d’Egypte éclairant l’Orient, pour l’entrée du Canal de Suez, cette œuvre offerte en signe d’amitié par la France aux Etats-Unis, est inaugurée en 1886. Pour sa réalisation, Bartholdi s’est fait aider du bureau d’étude de Gustave Eiffel, ainsi que de l’ingénieur Maurice Koechlin.

Cependant, Bartholdi n’omet pas sa ville natale qu’il contribue à embellir avec le soutien de son ami Georges Kern, président du Verschönungsverein (Société d’embellissement). Outre la statue du général Rapp (1856), il réalise la statue de Martin Schongauer (1860), la fontaine Bruat (1864), le petit Vigneron (1869), la fontaine Roesselmann (1888), le monument Hirn (1894), la fontaine Schwendi (1898) ou encore le Tonnelier alsacien (1902). A sa mort en 1904, sa veuve lègue la maison natale de la rue des Marchands à la ville de Colmar qui y installe en 1922 un musée consacré à l’artiste. Outre cet hommage, la ville fit également ériger un monument au sculpteur en 1907, puis une réplique de la statue de la Liberté pour commémorer le centenaire de sa disparition.

La Petite Venise : certainement le point de vue le plus photographié de Colmar.

Petite Venise
Petite Venise

De ce petit pont, une vue magnifique sur la Lauch bordée de très belles maisons.

Promenade sur  la Lauch

 

Sur la Lauch
Sur la Lauch

Musée du Jouet de Colmar

Ouvert depuis 1993 et aménagé dans un ancien cinéma de quartier, le Musée du Jouet de Colmar accueille petits et grands pour une visite ludique et thématique des jouets qui ont marqué notre enfance.

Le musée présente une collection de jouets du XIXe siècle à nos jours, qui en disent long sur l’évolution de notre société. Sur trois niveaux les univers se confondent ; jouets anciens côtoyant personnages de dessins animés ; ours anciens aux premières Barbie© en passant par les jeux vidéo, les Playmobil®, les modèles réduits, les robots ou les petits trains. Les jouets et jeux exposés proviennent du monde entier et appartiennent à différentes générations d’enfants. Curiosité du musée, un réseau de trains s’étend sur l’ensemble du deuxième étage.

Le musée renouvelle régulièrement ses vitrines et présente ainsi plus de 1000 jouets qui sont répartis sur 3 niveaux de visite. Les collections sont largement documentées et proposent une plongée dans différents univers et époques. Des tables de jeux, des consoles ainsi que des jeux de société grand format, sont mises à disposition pour s’amuser au musée !

 

 

 


Le village de Riquewihr

Riquewihr
Riquewihr

Riquewihr est l’un des villages les plus connus de la région, et probablement le plus visité. Sa situation au milieu des vignes lui donne un charme fou. Le village comporte bien évidemment de très nombreuses maisons à colombages, superbement mises en valeur et fleuries, et les remparts, très bien conservés, entourent cette perle du vignoble.

Féerie de Noël

C’est au cours d’un déplacement professionnel en 1990 que Bernard HANNAUER découvre le magasin de la firme Käthe Wohlfahrt. Il tombe sous le charme, est transporté dans les souvenirs de ses Noëls d’enfant et s’imagine à créer une boutique en Alsace.

Féerie de Noêl Riquewihr
Féerie de Noêl Riquewihr

Dessinateur industriel dans une entreprise textile, Bernard HANNAUER songe chaque jour à ce projet, recherche l’endroit idéal, dessine les plans et les présente à Mr Wohlfahrt en 1992. C’est grâce à l’union de ces deux familles que le 8 octobre 1995, la Féerie de Noël accueille ses premiers clients. La plupart des habitants de Riquewihr ne donnèrent alors à ce commerce que peu de chance de survie. Or il se trouva qu’en 1998, la boutique s’agrandit déjà de la moitié de sa surface pour proposer à ses visiteurs et clients un choix encore plus vaste.

En 2003, après la réfection de « l’auberge au cerf », vieille bâtisse laissée à l’abandon, le magasin s’enrichit à nouveau d’une nouvelle surface de vente, offrant au visiteur un nouveau décor et une nouvelle atmosphère, qui s’agrandira encore en 2011.


La ville d’Obernai

Obernai, ville natale de Sainte Odile (patronne de l’Alsace), est très appréciée des visiteurs.
Le centre historique, encore contenu dans ses murailles, possède un très bel ensemble de belles maisons médiévales et renaissances.

La fontaine de Sainte Odile est en style néo-renaissance du début du siècle.

La fontaine de Sainte Odile
La fontaine de Sainte Odile

Derrière cette fontaine, le beffroi dit Kappellturm, veille sur la ville. Il s’agit en réalité du clocher d’une ancienne chapelle, construite en des temps troublés à la fin du XIIIème pour permettre aux habitants d’assister aux messes tout en restant à l’intérieur des murailles. La chapelle a été détruite au XIXème siècle, à l’exception du chœur.

Kappellturm
Kappellturm

Le rempart du Maréchal Foch.

Cette partie du rempart est la mieux conservée, avec des tours encore en parfait état.

Eglise Saint Pierre et Saint Paul : construite en style néo-gothique entre 1867 et 1872. De belles fresques sont visibles dans le chœur. A voir aussi, l’autel du Saint Sépulcre daté de 1504, qui montre le Christ ressuscité et entouré des Saintes Femmes au-dessus de son tombeau.

Eglise Saint Pierre et Saint Paul
Eglise Saint Pierre et Saint Paul

Le Puits à Six Seaux

Construit en 1579 dans le style Renaissance par une équipe d’artisans strasbourgeois, le puits était peint à l’origine. Trois colonnes à chapiteaux corinthiens supporte un baldaquin octogonal orné de sculptures inspiré du nouveau testament.

Le Puits à Six Seaux
Le Puits à Six Seaux

Jacques Bockel chocolatier vous invite à redécouvrir ce qui fait les qualités des grands chocolats. La saveur inimitable de fèves de cacao soigneusement sélectionnées représente l’âme de notre métier. Ajoutez-y les meilleurs ingrédients et apportez un soin particulier dans l’élaboration de recettes aussi savoureuses que créatives.

 

Textes extraits du site

2 réflexions sur « ALSACE – Octobre 2021 »

  1. Quel beau reportage !!
    Je ne connais pas du tout ce coin, c’est vraiment beau toutes ces bleus et le petit Venis 😻
    Merci de ce reportage qui fait voyager

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.